EXPÉRIENCES ET QUESTIONS

 

audioprana@free.fr

>>> Multiprise chêne massif équipée de fiches Furutech - Câble argent cryogénisé 99.99% isolé coton <<<

 

------------------------------------------------------------------------------------------

Cette page est destinée à se faire l'écho des interrogations et expériences profitables à tous.

Proposez les vôtres par mail : audioprana@free.fr

-------------------------------------------------------------------------------

 

D’une audiophile << néophyte presque absolue >>: une question qui n’a rien de technique mais qui peut certainement s’avérer utile pour comprendre la démarche de l’auteur du site. Pourquoi « Audioprana »?

Le prana est La force, le fondement énergétique sur lequel est bâtie toute forme de vie. On peut traduire le terme sanscrit « prâna » par « énergie absolue ». L'énergie est la substance de toute choses, la force en action (du grec : energeia). La force vitale peut être observée (grec : dynamis, ou dunamis : éléments) : elle est la force en puissance, non visible et non mesurable.

La cause première !

 

Ces notions très anciennes, longtemps décriées sont aujourd'hui réhabilitées par la physique moderne. Outre les classiques théories sur la molécule puis sur l'atome, les physiciens nucléaires, tels ceux du CERN (Centre Européen de Recherches Nucléaires) près de Genève, ont mis en évidence d'autres particules, à durée de vie parfois très courte, désignées dans une première période par des noms issus du grec tels les pions, muons, mésons...puis depuis quelques années par des termes beaucoup plus ésotériques puisqu'on parle de "charme", d'"étrangeté"... Ces recherches de l'infiniment petit conduisent souvent à des résultats qui posent plus de questions qu'ils n'en résolvent, et plus on avance dans la connaissance de la structure fine de l'atome, et tout particulièrement du noyau atomique, et plus ce phénomène s'amplifie, et plus les physiciens se posent de questions métaphysiques auxquelles la réponse est fondamentalement impossible puisqu'elle reviendrait, in fine, à définir la nature de ce que l'on désigne habituellement par le mot "prana". Nous n'entrerons donc pas dans cette problématique et nous contenterons de constater que l'espace des incertitudes et bien plus vaste que le modeste champ de nos connaissances.

C'est donc dans l'esprit d'une ambitieuse modestie, basée sur l'énergie et la qualité de sa transmission, que doit s'envisager la recherche de la pureté du son, de l'émotion originelle.

 

M. B.P. de Bordeaux.

Je viens juste de découvrir votre site qui m'intéresse à plus d'un titre. Ancien propriétaire d' un système NAIM avec un lecteur de CD classe A à lampe MUSICAL FIDELITY, je souhaite racheter ou concevoir une chaîne HIFI de A à Z, dans mon cas un ampli intégré, une bonne source de lecture et une bonne paire d'enceintes Les vendeurs habituels sont surtout des vendeurs et si le conseil est au RDV, il importe plus pour eux de faire accroître leur marge. De plus, ils vendent souvent un système moyen pour revendre derrière d'autre produits (câbles, accessoires...) quand ce n'est pas une nouvelle chaîne HIFI. Je n'ai pas envie de passer ma vie à changer et à courir les boutiques car au final si j'ai besoin d'un système HIFI, c'est bien pour écouter de la musique. Dans cet objectif, je me demandais s'il ne fallait pas investir petit à petit dans du matériel de qualité, avec de bons composants, très musical, en commençant d'abord par l'alimentation du secteur, puis la source ou l'ampli à lampes et les enceintes. Quand pensez-vous?Je ne suis pas électronicien, je ni connais rien et hormis de voir sur le WEB des réalisations personnelles, comment procéder ? C'est à dire quelle modèle choisir, où se procurer les composants et qui peux le monter ? J'aimerais bien écouter des ensembles musicaux mais où ? J'avais eu connaissance de HIFI KIT, un magasin à Marseille qui avait une approche très qualitative et malheureusement, il a fermé (approche non commerciale et plus associative ou coopérative) Si donc vous pouviez me donner quelques infos à ce sujet, je vous en remercie.

Votre mail résume assez bien quelques unes des réflexions et interrogations qui me sont soumises régulièrement. Tout d'abord, il est évident que l'objectif principal des professionnels est de gagner leur vie... reste à savoir dans quel environnement ils le font ! Il faut bien garder à l'esprit que c'est aussi par nos choix de consommateurs que nous pouvons orienter le marché en favorisant financièrement une démarche plutôt qu'une autre...

L'investissement sur le long terme est une très bonne solution car, outre l'étalement des dépenses, il permet de mieux percevoir l'effet de chaque élément mis en place en même temps que d'affiner notre perception auditive.

Difficile de se déterminer sans connaître un certain nombre de paramètres : budget, savoir faire, goûts et attentes musicales, espace disponible,...

En ce qui concerne les ensembles à budget économique avec performances de très haut niveau, mon choix est fait :

  • lecteur DVD Pioneer+ modification (environ 500 €)
  • ampli "digital" à base de module Hypex alimentation symétrique avec selfs en tête (environ 1.000 €)
  • enceintes à base d'un large bande 21cm et tweeter à ruban (environ 1.000 €)

Le tout est câblé et équipé de composants du plus haut niveau disponible.

J'ai bien connu les deux associés d'hifikit. Leur histoire, une fois de plus, illustre bien la difficulté de vivre honnêtement du marché audiophile... Les composants sont chers et leur mise en oeuvre devient vite hors de prix! Personnellement, je suis heureux d'avoir fait le choix de produits et montages simples mais de très haute qualité. Il faudra bien un jour que les audiophiles comprennent que le meilleur prix, affaire de l'instant, hypothèque le plus souvent l'avenir de leur système en mettant à mal les professionnels "trop scrupuleux" qui privilégient la qualité du développement plutôt que les arguments "designo-marketing" ou les volumes.

Merci de votre confiance.

Pascal B., Alfredo D., Julien B.,...

Combien coûte l'ampli numérique équipé des modules Hypex ? Quelles sont les cotes du boîtier pour le modèle présenté?

J'ai reçu plusieurs questions récurrentes à ce sujet depuis la présentation des premiers montages à base de modules hypex. Je vais donc tenter de résumer en quelques lignes les aspects matériels de ce magnifique projet.

Concernant le prix, il faut compter environ 1.000 € afin de réaliser le montage de base.

  • 2 modules Hypex UCD180/ upgrade AD8620 : 250 €
  • 1 kit d'alimentation (Transfo. 200 VA, condos très faible ESR, selfs de filtrage, diodes ultra rapide, résistance de puissance) : 650 à 700 €
  • bois, connectique, papiers huilé, vernis, colle, câbles... suivant les choix techniques : 50 à 300 €
    Les cotes du boîtier et des perçages peuvent être réalisées au gré de l'inspiration de chacun. Les valeurs données sont une simple base de départ.
  • Le volume interne minimum à prévoir doit être de 11 litres.
  • Pour les modèles hêtre et chêne en photos : largeur : 40 cm - profondeur 30 cm - hauteur 15 cm avec une épaisseur de bois de 18 mm (lamellé-collé).
  • Entraxe boutons volume-selecteur de source : 12 cm
  • Diamètre boutons frêne en façade avant : 34 mm, longueur : 32 mm, perçage : 6 mm
  • longueur de la tige de rappel diamètre 12 mm : 22cm pour le potar et 20 cm pour le selecteur de source
  • Taille des ouïes de ventilation : largeur = 4,5 cm; profondeur =5,5 cm; hauteur = 11,4 cm

Bon courage !

Autre question fréquente : Le traitement cryogénique apporte-t-il un réel plus ?

Cette technologie du froid est utilisée par nombres de domaines de pointe : aéronautique, formule 1, fabricants de cordes pour instrument de musique,... et malheureusement l'armement.

Le renforcement des structures cristallines, l'élimination de micro poches de gaz indésirables et de certains stress corpusculaires générés au cours du processus de fabrication apportent une restitution de dimension supérieure en terme de transmission énergétique.

"Je viens de monter et tester le matériel. Quels bons en avant, notamment avec les câbles cryo (naturel, fluidité, bande passante, descente dans le grave...)"

Ou encore : Quelles sont les différences fondamentales qui caractérisent l'ampli "digital" et les montages à tubes?

Bien que suivant la même partition et respectant les mêmes nuances, ils révèlent malgré tout leurs personnalités par des interprétations sensiblement différentes.

S'il fallait schématiser, on pourrait qualifier l'univers "tube" comme étant un monde de beauté et d'enjôlement. Les montages "digitaux" seraient l'expression de l'énergie et de la précision. Mais il ne faut surtout pas en conclure hâtivement que le "tube" est mou et brouillon et que le deuxième est inexpressif et raide.

Les montages de grandes qualités permettent de mettre en avant les qualités de chacun tout en cherchant à rapprocher au plus près ces deux univers...

Si les mérites du tube (avec des mises en oeuvres sérieuses !) sont connus depuis fort longtemps, il en est tout autre de ces nouveaux modules (tri-path, hypex,...). Pourtant, ces derniers constituent une proposition ultra audiophile à l'avenir incontestable, écologique , économique et très simple à mettre en oeuvre.

Si le tube garde encore une once de beauté d'avance, c'est au prix d'une débauche d'énergie et de finances que ne connait pas le "digital".

 

Bonjour, mes enceintes viennent juste de rendre l'âme et je cherche une bonne solution de remplacement. Je pensais acheter deux bons HP chez SUPRAVOX en large bande. Cette base pourrait évoluer par la suite en y rajoutant deux tweeters RAVEN et deux boomers. Quelle dimension me conseillez-vous du 165 ou du 215 ou autre ?

Cette question ne peut trouver de véritable réponse sans fixer tout d'abord les critères auxquels doivent répondre vos futurs enceintes : type d'écoutes, prix, mise en oeuvre (difficulté de réalisation, taille, salle d'écoute,...), électroniques,... Les hauts parleurs auxquels vous faites référence proposent un rapport performance/prix-mise en oeuvre fantastique. Il est possible d'obtenir des résultats stupéfiants à partir d'un budget de 700 €. La dimension "idéale" d'un large bande n'existe pas. Plus petit il sera, plus léger et fluide le médium paraîtra. Tout le monde sait que le grave réaliste demande de la surface et des grands espaces (internes comme externes !). Entre une petite réalisation très expressive et une grande ample et majestueuse. La perfection n'existe pas...

Le 215 signature est très performant en 2 voies ( projet réalisable pour 800 à 1.000 €).

 

s...-ass.com : Bonjour, admirant votre site, je voudrais savoir quel est la modification apportée à vos tweeters Raven R2 ?

Quelques aménagements sont nécessaires pour tirer le meilleur parti de ces merveilleux tweeters-médium à ruban.

  1. Le premier pas consiste à ne pas suivre les coupures habituellement conseillées (18 à 36 db/oct), essentiellement pour des raisons de risque de trop grandes amplitudes du ruban lors d'une utilisation extrême de la bande utile. Dans un environnement audiophile domestique une coupure à 12, voire 6db, est tout à fait recommandable, même assez basse. Une limite de plage d'utilisation doit quand même être fixée dans les conditions habituelles d'écoute à fort niveau. Ce type de filtre permet de mettre en valeur la fusion des haut-parleurs. On évite la cassure brutale entre registres et améliore les performances (transparence, calages temporels,...), en limitant le nombre de composants en présence.
  2. Le bafflage arrondi en bois naturel du tweeter,outre la suppression du châssis métallique d'origine (voir page sur les courants de Foucault), apporte une très belle diffusion et neutralise les "effets de bords". Le gain en naturel sera au rendez-vous. Le retrait de la grille de protection supprime encore d'autres colorations, améliore légèrement le rendement.
  3. Le transformateur d'origine n'est jamais de grande qualité, il semble donc essentiel de le remplacer, si possible bobiné avec du fil d'argent. Éloigner légèrement le transformateur du surpuissant champ magnétique est également conseillé.
  4. Les composants ainsi que le câblage doivent être choisis avec soin car la transparence, la dynamique et la très haute résolution apportées par les rubans permettent rapidement d'identifier qualités et défauts de l'environnement mis en oeuvre !

 

Peter A. Grande Bretagne...Est-ce que vous avez eu la chance d'écouter les Air Motion Transformers de Heil?

Il y a un autre systeme qui semble interressant: 2x SEAS W17 + Heil AMT Filtre 6db/oct a 1000 hz pour le Heil et les SEAS.

Je connais bien l'AMT pour l'avoir écouté plusieurs fois. C'est un excellent haut-parleur, du même niveau que le Raven R2.0. J'ai une préférence pour le R2 dont je trouve les timbres plus variés, plus raffinés. L'AMT me semble moins aérien, moins subtil mais possède une très belle dynamique. Une affaire de goût ?

J'ai travaillé plusieurs années avec les SEAS de la gamme EXCEL en 21 cm, membrane magnésium, . Ils marchent bien mais manquent de richesse harmonique, de résolution et de dynamique ( membrane synthétique assez lourde). Les Supravox sont supérieurs mais plus exigeants au niveau de la qualité des éléments associés et de la mise en oeuvre.

Sans doute les questions les plus fréquentes : Le câble argent ne favorise-t-il pas trop les fréquences les plus élevées? ne durcit-il pas le haut du spectre?la section est-elle suffisante pour les HP, le secteur? l'isolation coton est-elle suffisante pour le 220 V? les câbles montés avec ce type de matériaux sont-ils supérieurs à mon câble X... ou Y... ?

Toutes ces interrogations restent à ce jour sans fondement sérieux, tant au niveau des mesures que de l'écoute, si ce n'est l'expérience de matériaux d'insuffisante qualité ou de mises en oeuvres inappropriées voire maladroites. Les câbles élaborés à partir de ce conducteur transmettent l'énergie avec rapidité et transparence. Ils sont extraordinaires au sein d'un système équilibré : une bande passante augmentée, des basses nerveuses et détaillées, un médium souple, expressif et des aigus cristallins... Utilisés dans un cadre équilibré ils révèlent les richesses dynamiques, subtiles et harmoniques des systèmes. Intégrés au coeur d'un ensemble non raisonné, comme trop de produits aux prétentions marketing, ils mettent en évidence ces reproductions caricaturales qui agacent rapidement l'auditoire.

La section peut sembler petite en comparaison des montages et archétypes habituels de liaisons HP mais c'est la manière de mieux servir la musique et la plénitude des sons qui l'accompagne. La restitution proposée va beaucoup plus loin que la plupart, même de prix élevés. Dans les cas de forts courants, de très grandes longueurs, il reste toujours possible de passer à 2, 3, 4,... conducteurs.

L'isolation au moyen de coton non traité ne résulte pas d'une simple démarche romantique ou écologiste. Ses avantages vont bien au delà du simple bien être environnemental et domestique. Les câbles fabriqués avec des matériaux naturels comme le coton ou le lin ne génèrent pas d'effet mémoire. Sa souplesse le rend insensible aux vibrations, le coton naturel est hydrophile et anti MDI. Les gaines coton isolent de 200 V à 600 V par brin suivant les épaisseurs utilisées, sachant que le verni protecteur isole déjà à 200V. Toute crainte se trouve donc apaisée. Le coton apporte surtout des qualités fabuleuses à la musique :

"Je viens de monter et tester le matériel. Quels bons en avant, notamment avec les câbles cryo (naturel, fluidité, bande passante, descente dans le grave...)"...

"Je viens de découvrir avec intérêt votre site via celui de "audio-consulting" . Audio-Consulting m'a permis de rêver un peu sur des montages fabuleux et surtout de me constituer un câblage modulation et HP (interne et externe) en argent + coton avec des résultats surprenants et dépassant globalement tous les autres câbles testés, surtout en matière de cohérence , mes HP (PHY-HP) étant impitoyables sur ce point."...

Deux messages parmi d'autres qui témoignent du formidable rapport performance/prix des câbles argent-coton en comparaison des productions à succès commerciales testées (hifi-câbles & cie, osh, mpc, cardas, kimber, siltech, audioquest, qed, real cable,flat line, mit,...)

Chris & Gwenaelle R... Je vous félicite pour votre site qui est très pointu mais très intéressant. Une petite question : pourquoi est-ce que tous vos appareils sont construits dans des coffrets en bois ? Merci

 

L'utilisation de coffrets de bois n'est pas simplement la conséquence d'une excentricité écologique ou esthétique (bien que ces aspects pourraient être suffisant à la justifiée) mais résulte de notre constat tant musical que technique. Le bois dont on redécouvre les vertus après des années de négligence apporte des qualités inégalables dans les montages audiophiles.

Le premier avantage évident, à la lumière des expériences d'initiation liées aux courants de Foucault (page "mise en oeuvre"), est de proposer un environnement beaucoup plus sain à nos chers montages. Plusieurs d'entre vous m'ont d'ailleurs confié avoir abandonné le capot d'origine du lecteur pour un remplacement boisé... Il s'agit là d'une initiative très recommandable lorsque les conditions techniques s'y prêtent.

Mais cette évolution ne constitue qu'une première étape. Ce type de boîtier, à l'image du coton au tempérament hydrophile, limite au maximum les charges statiques, micro- inductions,... Son mode de résonance est également un atout du point de vue mécanique. Sa constitution biochimique dispense ses bienfaits sur notre cadre de vie. Nous ne nous lassons jamais de le regarder, le toucher et apprécier la chaleur qu'il apporte.

Enfin, il permet une souplesse technique par sa facilité d'usinage. Aisé de s'en procurer, il reste de plus très économique et son utilisation participe à une intelligente démarche environnementale. Plusieurs ouvrages seraient sans doute nécessaires afin de cerner plus finement ses qualités.

Quel bois utiliser ?

Médium, aglo, multiplis, bois brut, triplis, bois dur ou tendre, chaque possibilité présente ses avantages mais nous y reviendrons ultérieurement. En attendant, le principe est posé...

CONVERTISSEUR N/A (PANNEAU ARRIERE)

 

 

P.B. J’ai plusieurs questions à vous poser:

Ayant suivi vos conseils, je suis très satisfait de l’écoute de mes disques.

CEC n’est pas la seule marque à proposer une platine à courroie (AUDIOMECA) et qu’apporte-t-elle au juste de plus par rapport à une autre platine? La courroie est-ce un effet de coquetterie, manière de rappeler les platines analogiques ou par exemple, un procédé technique réel permettant d’éviter la transmission des vibrations ? Un ex-vendeur de ce type de produits m’a expliqué récemment que c’était uniquement une manipulation commerciale et que les courroies n’avaient aucune incidence sur la lecture. Qu’en pensez-vous?

Cette même personne m’a affirmé aussi que les tubes, par leurs mises en oeuvres techniques généraient des défauts et qu’elles influaient sur la transmission de la musique en la colorant de manière “excessive” et “trompeuse” (ou pas juste). Je le cite, comme quand on pend des photos avec un filtre au bout de l’objectif, on rajoute de la couleur, de la luminosité, du contraste. La photo donne une apparence de “l’objet photographié” toute différente ou enjolivée. Alors qu’en est-il en réalité?

Y-a-t-il des systèmes capables, au moins de ce rapprocher d’une certaine authenticité musicale ? De même, j’ai souvent entendu dire que les amplis à tubes pêchent dans la transmission du grave. Des vendeurs d’amplis à tubes m’ont certifié le contraire ? Qui croire?

Il est regrettable aussi dans ce monde de la HIFI d’entendre tout, son inverse et son contraire sans savoir vraiment où se situe la vérité. Je crois que si je posais la question à des pilotes de voiture amateur, de me citer trois modèles de bonnes voitures en fonctions de mes critères (consommation d’essence, vitesse, tenue de route...), ils seraient tous en mesure de me conseiller, même si mon choix final me revient en fonction des sensations obtenues lors de sa conduite. En fait des connaisseurs éliminent d’emblai les “mauvais” (ou les moins bons) modèles et à partir d’éléments techniques vérifiables, et ils me renseignent au mieux d’après leurs connaissances. Mais pourquoi tant de disparités dans ce nébuleux monde audiophile. Je suis à peu près certain que si nous faisons assister à un concert de musique classique ou de jazz un panel d’audiophiles, ils n’entendraient pas la même chose et ils ne ressentiraient pas les mêmes sensations ? Mais alors pourquoi un amateur de vin nous fera découvrir des arômes d’abricot, ou de fruits des bois, ou d’amande dans tel ou tel vin. Et il y aura un consensus au niveau de tous les amateurs de vins pour sentir, pour découvrir les mêmes caractéristiques olfactives, gustatives au niveau d’un grand château. Et pourquoi autant de disparités en HIFI semble-t-il, et dès fois, à l’écoute d’une chaîne HIFI on n'arrive même pas à faire la différence entre un bon et un mauvais produit, tellement l’on est abusé. Le prix n’étant plus un critère de qualité. Il n’y a pas de critère d’évaluation, ni de vocabulaire commun (pourquoi plusieurs appellations au sujet des WATT: efficaces, musicaux, RMS..?). Chacun y va de sa propre cuisine et ce n’est pas sérieux. En HIFI, avec l’assentiment du plus grand nombre (presse en tête, publicité mensongère, vendeur...), on vend fort cher des éléments bas de gamme, ou l’esthétique prévaut sur la qualité musicale (Enceintes BW Nautilus, Redheko....). Des arnaques se produisent aussi dans le domaine du vin mais il n’empêche qu’il existe bel et bien, des valeurs sûres, dans le Bordeaux ou dans le Bourgogne et en les achetant on ne risque pas de se tromper. Ce n’est pas le cas en Haute Fidélité et c’est plutôt maintenant une “Très Haute Infidélitè”. Pourquoi n’arrive-t-on pas à avoir des informations réelles, sérieuses et fiables en HIFI ? A force de tout relativiser on finit par ne plus avoir de repère.

Excusez-moi pour ce coup de gueule, mais je compte bien sur vous pour m’aider à me faire une idée juste, claire et précise au sujet d’une bonne chaîne HIFI et de savoir transmettre ce savoir. En fait, j’ai toute une éducation à faire dans ce domaine. J’espère que votre site continuera de dispenser non pas simplement une information, mais un savoir qui ira dans ce sens.

Merci encore et sincères salutations.

A ma connaissance, seul CEC propose ce type de technologie.

La présence d'un système de transmission par courroie est loin d'être un simple argument commercial. Il suffit pour s'en convaincre de pratiquer une écoute comparative avec un entraînement direct. Dès les premiers instants on perçoit la fluidité et l'humanité dispensées par ce type de motorisation. Le vocable marketing parle d'écoute "analogique" . L'éloignement du moteur d'entraînement préserve la très sensible section de lecture opto-mécanique des principales perturbations mécaniques et électromagnétiques générées par un entraînement direct. Il y a longtemps que les amateurs avertis de platines analogiques ont adopté cette technique.

A sujet des amplis., Il n'existe pas de technologie particulièrement bonne ou mauvaise. Chacune apporte ses qualités premières : finesse, raffinement, élégance,...pour les unes, dynamique, précision, résolution pour d'autres. Les bons montages ne doivent pas exprimer une technologie particulière mais un éclairage différent mais subtil du message musical. Il faut ensuite remettre les appareils dans le contexte d'utilisation (pièce, niveau d'écoute, mariage technique, qualité du secteur,...) et des goûts personnels (musique, fréquences et timbres préférés,...). A ce sujet, les prises de sons, mixages, gravures et même instruments de musique utilisées sont suffisamment révélateurs des différences qui peuvent exister entre divers points de vues musicaux. Par contre les montages audio aux qualités douteuses ou sans intérêt sont nombreux sur le marché et l'avenir ne s'annonce pas forcément rose si la demande continue à tirer les prix et donc la qualité, la reconnaissance du travail vers le bas... Ainsi on peut écouter des montages chinois à tubes à l'expressivité pitoyable, des transistors dignes d' animer l' élection de miss camping, des numériques rendant rapidement dépressif. L'occasion d'aborder l'argumentaire technique se présentera dans l'avenir.

Aucun système ne restituera mieux la frénésie énergétique d'un groupe de métal qu'une bonne sonorisation soutenue par ses milliers de watts diffusés dans un vaste espace d'écoute... Rien n'est plus séduisant que le confort douillet d'un salon équipé de haut-parleurs légers et rapides pour retrouver la délicatesse boisée d'une flûte baroque... Entre ces deux extrêmes, les variations restent très nombreuses.

Le fait de ressentir le problème de la restitution sonore comme complexe est dans l'ordre naturel des choses. L'absence de quantification significative ne doit pas engendrer de découragement, bien au contraire, le doute constitue une formidable occasion de développement de nos sensibilités apparemment contradictoires, mais surtout complémentaires. L'optimisme s'impose et l'expérience audiophile démontre depuis longtemps que l'oreille reste le seul argument incontournable...

Vos interrogations légitimes mériteraient de plus amples propos qui ne manqueront pas d'être développés dans l'avenir.

 

Ch. R. "hier soir, j'ai fait l'expérience d'enlever le capot de mon Arcam Alpha 7 SE : je ne sais pas trop quoi penser de ce test, je pense qu'il y a une amélioration mais elle reste ténue. C'est un peu comme si la définition du signal y gagnait, mais l'écart n'est pas flagrant".

La petite expérience proposée dans la page "mise en oeuvre" a vocation d'initier, sensibiliser et illustrer les problèmes qu'engendrent les courants de Foucault sur le passage d'un signal audio.

Vous avez senti l'essentiel, le but est donc atteint. La sensation ressentie est proportionnelle à divers paramètres tels que les masses en jeu, la nature du métal utilisé et évidemment la capacité de résolution du système d'écoute.

Après avoir mis le doigt sur un problème, il faut tenter de le minimiser partout ou il se trouve (transfo, châssis, visserie, connectique(*), câbles,...). De plus, il ne faut pas oublier que tout ce métal forme aussi une interface vectorielle formidable pour les charges-décharges de surface. La tâche s'avère donc importante, d'autant plus que rares sont les conceptions qui prennent en compte ce phénomène. Heureusement, quelques constructeurs commencent à se pencher sur la question.

(*) une nouvelle manipulation très simple est proposée à ce sujet : "mise en oeuvre"

Tu. H. : "J'ai remplacé le câble de modulation Siltech SQ-80 G3 (argent-or, monté en insert sur fiches RCA WBT 0108 Topline) par le câble de modulation argent cryogénisé (Eichmann "Bullet Plug"). Le son parait plus fondu, plus humain, plus neutre, moins HiFi comparé avec Siltech. La dynamique est bien présente mais elle plus unie alors que Siltech produit des écarts plus importants, plus spectaculaires, mais engendre aussi parfois de la crispation et un son plus stressé. Indéniablement votre câble fait mieux passer l'émotion même s'il donne une fausse impression d'introversion comparée au Siltech. Excellent "

"J'ai ensuite remplacé mes câbles HP, MIT MH 750 Shotgun (monté en WBT) par les câbles argent cryogénisé. Avec ces câbles, sur les petites formations, les instruments solos et les voix, l'émotion passe remarquablement bien. La dynamique sur les petits signaux est vraiment naturelle. La tessiture sonore de ces câbles est douce, veloutée, assez tube. Sur les grosses masses orchestrales, comparé au gros MIT, cela passe moins bien. On souhaiterait plus de jus, plus de dynamique. Sur de gros appel de courant, ces câbles n'ont pas la capacité àdonner l'impression de puissance illimitée et l'image holographique (un peu trop HiFi, il faut bien l'avouer !) des MIT MH 750 Shotgun. Je pense qu'en doublant les câbles, cela sera beaucoup mieux. Les 38 cm Tannoy montés sur des caisses GRF ont indéniablement besoin de courant et le diamètre de vos câbles HP parait insuffisant pour ce type d'enceinte. Cela étant le son reste toujours très beau, mais parfois un peu frustrant par trop de timidité.

"Je viens de monter la 2° paire de câbles HP argent cryo. Ainsi reliés au Mac 2100, les premiers résultats sont extraordinaires sur mes GRF ! Comparé au MIT 750MH, la supériorité des câbles doublés pour chaque canal, est écrasante en terme d'image (positionnement très naturel et à la bonne taille des différentes sources sonores), de timbres et de musicalité (magnifique prolongation des notes, le poids des silences ! ...) tout en sachant être explosif lorsqu'il le faut. A conseiller à tous les mélomanes demandant à leur système de retranscrire au mieux l'émotion d'une interprétation ou d'une prise de son. Remarquable !

"J'ai testé le câble secteur argent cryo/Furutceh hier. Par rapport au "Ruby Hill" Siltech, la différence n'est pas grande. Elle se situe dans une plus grande aisance, un recul du stress dans les fortes sollicitations sonores. Le rapport prestation/prix du câble est quasi exceptionnel car nous sommes dans le même univers sonore que ces câbles (SHUNYATA, SILTECH, ...) sans le prix... et avec une texture sonore encore plus belle !! Bravo! Excellent produit !

-Système-

Enceintes Tannoy GRF Memory HE . Câbles HP MIT MH 750 Shotgun

Ampli McIntosh Mc 2100 Vintage . Passif Sowter-Shallco (par Dominique Mafrand)

Lecteur CD Sphinx Myth 9. Cables modulation Siltech SQ28 G3 argent

Câbles secteur Siltech G5 Ruby Hill .. Barrette Siltech Octopus.. Toute connectique WBT

 

Merci pour ce soigneux compte rendu de tests.
Je ne vois pas grand chose à rajouter...
Il paraît que les câbles argent restituent un son générant des duretés !!!
Ne seraient-ce point les préjugés qui nous rendent trop souvent la Vie dure ?

 

 

 

 

Flying Mole...il manque toujours quelque chose... (Michel )

Il est musical certes, très musical, mais je ne suis pas à l’aise… Je force sur le potard : ça tape, ça claque, ça monte très haut dans les décibels, sans fléchir, les HP de grave sont très bien tenus, sans problème. A mi volume j’ai le même niveau sonore que sur un PR 200 et AM 200 en mettant le volume vers 11h00, pas mal du tout pour un 20 watts, sans aucune distorsion audible surtout. Si je force sur le grave avec le magic CD, à mi volume la protection stoppe le message sur su 31,5 Hz ; normal…. Je me force à écouter et écouter encore, tout est très bien, très beau, mais point de ténor !!! Un peu étonné, je rebranche mon PR200 customisé et mon AM 200 atomisé, et là c’est pareil, un poil moins transparent, quoique… mais alors, le ténor là, a des biceps de ténor, pas de faux semblant à la De Funes ; bref ça respire la musique, la santé, la vie quoi !!!. Le différentiel est à la fois évident mais subtil, je veux dire en cela que ce surcroît de transparence du Flying Mole, semble inhérent non pas à une simplification du message, mais à une différenciation des instruments et des voix exagérée, comme vue au travers du loupe, faisant ainsi perdre toute la structure globale du message. C’est très curieux, c’est la première fois que j’entends cela… Si des comparses ont vécu cette impression ; leur analyse m’intéresse !

 

Les amplifications de type PWM travaillent en hautes fréquences et sont donc très sensibles aux perturbations secteurs, à l'image des sources numériques, d'autant plus lorsque l'on est en présence d'une alimentation à découpage... Il est donc fondamental de soigner l'alimentation de ces appareils. Si l'on ne souhaite pas intervenir sur celle-ci directement, le minimalisme impose au moins de filtrer le secteur à l'aide d'un transformateur de très haute qualité (ne serait-ce que pour l'isoler des autres maillons du système des réjections du découpage). Faites l'essai !!! Un câble secteur de qualité n'est pas à exclure non plus...

 

(à suivre)

((à suivre)(à suivre)e)